Lancement de la chaire GeAcMus - Journée scientifique

Geste - Acoustique - Musique

La journée scientifique du 21 janvier 2016 marque une étape dans la progression de la chaire thématique, avec les premiers résultats des travaux de terrain et le rassemblement de l’équipe désormais constituée et au complet.
Elle s’inscrit dans une perspective que jalonnent des journées semblables, en petit comité, ou encore ouvertes comme un concert : entre la séance d’ouverture à l’UTC le 14 septembre 2015 et la séance plénière à Paris-Sorbonne, le 1er juin 2016, un séminaire mensuel itinérant rassemble les chercheuses et chercheurs dans les différents laboratoires (Lutherie Acoustique Musique, IReMus, Unité Systématique et Catégorisation Culturelles), en parallèle aux  séances d’expérimentation et d’analyse (en particulier à l’UTC, au PSPBB et sur le terrain).
La séance a été inaugurée par Susanne Fürniss et François Picard, responsables du programme, Barthélémy Jobert, président de l’université Paris-Sorbonne, qui a réaffirmé le soutien fort de Sorbonne Universités, et Guillaume Lecointre, directeur du département de recherche Systématique et Évolution au Musée de l’Homme.
En ouverture, l’exposé de Patricio de la Cuadra, Chaire de Recherche Senior, a rappelé l’ancienne collaboration avec l’autre Chaire de Recherche Senior, Fabrice Marandola, autour de la modélisation et l’expérimentation en temps réel des flûtes ouldémé du Cameroun à l’IRCAM ; il a souligné son double parcours de musicien (flûte avec Pierre-Yves Artaud) et d’ingénieur, qui l’a mené naturellement à l’acoustique musicale, entre Stanford et l’UPMC. Quelques objets sonores peu communs ont été montrés, comme ces flûtes andines dont les aspérités et rugosités sonores sont recherchées et travaillées. Il présente son programme, auquel contribueront particulièrement les deux nouvelles chercheuses post-doc qui viennent de rejoindre la chaire : Cassandre Balosso-Bardin, flûtiste et cornemuseuse, ethnomusicologue formée à Paris-Sorbonne, Nanterre et enfin SOAS (Londres), qui mène des études sur le jeu des xirimias  de Mallorque ; Camille Vauthrin, flûtiste et acousticienne, qui étudie la soufflerie humaine et modélise les flûtes, de l’embouchure aux trous de jeu et au clétage. C’est autour de l’idée du circuit court, de l’interrogation à la modélisation, de l’expérimentation à la mesure, et jusqu’à la prédiction, que se constitue ainsi l’équipe, qui partira d’objets de questionnements : une quena chromatique, la flûte traversière « de transition » des facteurs qui comme Jean-Louis Tulou s’opposèrent au tout-égal de Boehm, un sac de cornemuse.
En alternance, Fabrice Marandola a présenté un compte-rendu général des activités de la chaire et introduit les travaux expérimentaux d’observation et de mesure particuliers qu’il mène à Compiègne et au Cameroun, autour du jeu des xylophones et de la captation en 3D, en haute vitesse, complétée par les entretiens sur l’image mentale que se fait de son corps jouant l’instrumentiste. Ces recherches étaient naturellement complétées par celles sur les luths d’Asie Centrale par Farrokh Vahabzadeh (titulaire de la chaire junior) et sur les harpes d’Afrique par Marie-France Mifune (post-doc).
Alternant avec des moments de convivialité intenses dans ce lieu exceptionnel qu’est le Musée de l’Homme réouvert, une discussion scientifique générale a été complétée par des discussions sur l’orientation à court et moyen terme des recherches et des activités de la Chaire. Les questions stratégiques et humaines comme institutionnelles ont prolongé ou recadré les objectifs et moyens scientifiques, dans un planning souple et contrôlé.
Toute la journée a permis à cette cinquantaine de chercheuses et de chercheurs de statuts et d’appartenances diverses de s’écouter, de s’entendre, en bénéficiant de l’écoute et du questionnement d’un public choisi parmi lesquels on comptait Véronique Atger (directrice de la Recherche à Sorbonne Universités), Cécile Davy-Rigaux (directrice du Collegium Musicæ et de l’IReMus) et Catherine Rudent (directrice de l’UFR de Musique et musicologie de Paris-Sorbonne).